__________________________________________

Cette association est née d’une passion démesurée pour les instruments à cordes pincées à mains.

On pense bien sûr à la guitare mais il y aussi le luth sous toutes ses formes occidentales et orientales, les cithares et tous les instruments de cette riche famille musicale qui nous offrent un répertoire extraordinaire de variétés et de couleurs.

Presque toutes les civilisations et les cultures ont eu et ont leur(s) instrument(s) à cordes pincées à mains. C’est dire l’étendu.

Savez-vous que si tous les manuscrits pour luth existants dans les bibliothèques privées et publiques étaient publiés, cela dépasserait de loin le répertoire pour piano ?

Pourtant, à part la musique de variété et le jazz, ces instruments et leur répertoire sont toujours aussi peu connu du public. Bien sûr, il y a eu les Ségovia et autres Lagoya ; bien sûr il y a le « renouveau » de la musique ancienne qui a permis de redécouvrir la famille des luths ; bien sûr les musiques traditionnelles ont le vent en poupe comme celles hispanisantes ou arabisantes.

Mais rien d’approfondie auprès du plus large public. Est-ce dû au côté intimiste de ces instruments ? Au manque de grands noms dans leur répertoire ou d’interprète de haut niveau charismatique ? Est-ce dû au son intime voire confidentiel dans notre monde qui demande toujours plus de décibels et où seul le piano est vraiment Roi ?

Toujours est-il qu’il y a un vide médiatique. D’autant plus frustrant que lorsque vos amis ont été au delà des gentilles taquineries et que vous avez pu leur faire entendre la chaleur de Weiss au luth baroque, l’envolée d’une buleria à la guitare flamenca ou la fraîcheur d’un Barrios à la guitare classique, rares sont les insensibles.

Après tant d’incompréhension, tant de frustration à ne pas pouvoir écouter, apprendre, comprendre, nous avons décidé d’aider ces instruments et leur répertoire à ne pas tomber dans l’oubli ou pire dans la marginalisation dans laquelle ils sont entrés.

Oh, soyons lucides, nos moyens resteront à taille humaine mais la passion est notre force et rien ne nous empêchera de tout faire pour que le plus grand nombre retienne ne serait-ce que la forme d’un luth. Nous voudrions que tout le monde sache que la pièce « les Jeux Interdits » n’est pas la seule au répertoire de la guitare classique, que les Gipsy King (indépendamment de leur qualité) ne font pas du flamenco, que le ‘ud ne se limite pas à Enrico Macias (excellent oudiste au demeurant).

Si donc, vous partagez notre constat et notre volonté d’y remédier, n’hésitez pas à nous rejoindre.